Île de la Grande-Entrée

Si vous évoquez les Iles de la Madeleine à n’importe quel Québécois, ne soyez pas surpris de sa réaction. Pour tous ceux et celles qui y ont déjà mis les pieds, aucun lieu au monde ne les surpasse. Cet archipel du golfe du Saint-Laurent a en effet la réputation d’être particulièrement saisissant. Un peu comme le Rocher-Percé qui hantait mon esprit depuis l’enfance, j’ai voulu en avoir le cœur net une fois pour toutes en m’y aventurant à mon tour. Ce que j’ai vu ne m’a pas du tout déçue.

Grande-Entrée

Oui, les îles sont aussi belles qu’on le dit et pour les prochaines semaines, je vous prépare une série de reportages où elles seront à l’honneur. Déjà depuis un mois, je partage avec vous sur Instagram quelques clichés de ces trop brèves journées passées à les découvrir. En septembre, j’ai en effet pris la route pour les rejoindre en passant par le Bas-Saint-Laurent, le Nouveau-Brunswick et l’Ile-du-Prince-Édouard. Un article complet sur mon itinéraire est d’ailleurs à venir, mais pour l’instant place à la découverte de l’île de la Grande-Entrée.

Grande-EntréeGrande-Entrée, capitale québécoise du homard

Située à l’est des îles, l’Île de la Grande-Entrée est connue pour son port de pêche coloré, l’usine Madelimer qui transforme le poisson, son élevage de moules bleues, ses milieux naturels et sa multitude d’activités de plein air. Plus encore, elle ne manque pas de paysages à couper le souffle composés de dunes, falaises et bien sûr plages saisissantes.

 

La Plage de la Grande-Échouerie

Parmi celles-ci, une vaut particulièrement le détour : la Grande-Échouerie, considérée par plusieurs comme la plus belle plage du Québec. Imaginez une immense plage de sable fin qui s’étend sur 8,5 km de longueur. Un stationnement au bout du chemin du Bassin Est permet de la rejoindre, mais c’est en traversant une petite section de la Réserve nationale de faune de la Pointe-de-l’Est dont elle fait partie que j’y suis arrivée.

J’ai tout de suite été saisie par l’impression d’infini qui y règne avec cette majestueuse bande littorale restée à l’état sauvage. Très paisible, la Grande-Échouerie est protégée par Parcs Canada et tant mieux. Rares sont les sites encore si purs. Certains chanceux y voient même parfois des phoques. Mais le spectacle du sable doré et des vagues qu’il épouse vaut à lui seul le déplacement.

Randonnée jusqu’à l’Île Boudreau

Autre site à ne pas rater sur la partie sud de l’île de la Grande-Entrée : l’Île Boudreau. À partir du chemin du Bassin Ouest où abondent coquillages et roches, une randonnée de 2 km au milieu des plages et petits sentiers permet d’y accéder. Le paysage se transforme progressivement jusqu’à atteindre son summum à l’Île Boudreau, davantage finalement une presqu’île comme elle est accessible par ce fameux chemin.

Comme partout sur les îles, l’érosion est le plus grand ennemi des côtes qui payent le prix, année après année. Du coup, afin de protéger la conservation de ce patrimoine madelinot, on ne peut atteindre le bout de l’île. Mais peu importe, le paysage est déjà très impressionnant au point le plus loin à pied, avec ces superbes falaises de grès rouge. Sommes-nous sur Mars ou sur Terre ? Impossible ne de pas avoir une impression surréaliste devant un tel décor.

Mon séjour à L’Auberge La Salicorne

Pour prendre le pouls de cette magnifique partie des îles, un établissement à l’ambiance champêtre m’a conquise : l’Auberge La Salicone. Situé sur une butte, difficile de faire mieux question emplacement avec une vue panoramique sur la mer. Depuis ma jolie chambre, je voyais justement l’Île Boudreau juste en face, derrière une forêt bien verte. Un tableau parfait et fascinant à contempler sans modération.

La Salicorne, c’est aussi un accueil chaleureux et un beau choix de visites et activités pour tous les goûts. Des excursions nautiques aux escapades en compagnie d’un guide naturaliste, l’Auberge a comme mission de faire vivre des aventures mémorables à sa clientèle. En soirée, j’ai eu le plaisir d’assister à une séance très instructive d’interprétation des coquillages que l’on peut trouver sur les îles et Dieu sait qu’il y en a beaucoup ! Fascinant aussi de visiter le Centre d’Interprétation du Phoque sur place afin de découvrir leurs caractéristiques et milieux de vie ; ces charmants mammifères marins cohabitant avec les Madelinots sur les plages environnantes.

Un repas au goût des îles

Et pour goûter à une cuisine authentique, le resto Madelinot de La Salicorne est vraiment un must. Le repas que j’y ai dégusté étant renversant. Pas étonnant puisqu’il est préparé par des cuisinières du coin qui savent mettre à l’honneur les saveurs incomparables des îles.

Resto Le Madelinot
Filet de maquereau fumé, oignons confits, mayonnaise à l’orange et raifort
Délices de fruits de mer : Homard, pétoncles et palourdes dans un velouté de fruits de mer inspiré du célèbre pot en pot. Gratiné, avec salade.
Resto Le Madelinot
Panna Cotta

Le petit-déjeuner a poursuivi sur la même note ; concluant en beauté mon séjour à La Salicone avec un plat sustentant et bien apprêté.

Petit-déjeuner Auberge La Salicorne

Et dire que Grande-Entrée n’est qu’une des Îles de la Madeleine, mais un très bel exemple du caractère unique qui règne dans l’archipel !

Un grand merci à Québec Maritime de m’avoir permis de découvrir l’Île de la Grande Entrée dans le cadre de mon road trip aux Îles de la Madeleine ainsi qu’à l’équipe de l’Auberge La Salicorne pour son très bel accueil.

Crédit photo : Une Porte Sur Deux Continents

25 Commentaires

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Heureuse qu’elles te plaisent ma chère Sylvie 🙂
      Gros bisous

    • Une Porte Sur Deux Continents

      C’est l’impression que j’ai eu aussi. 350 km de plages en tout, ce n’est pas rien !

  1. C’est magnifique ! Dans quinze jours nous partons découvrir l’Amérique du Sud en famille pour un an. J’espère que nous aurons la chance de découvrir le Canada un jour 😀

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Je te le souhaite aussi ! En attendant, je te souhaite un très beau séjour en Amérique du Sud !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Loin, même de Montréal, mais ces îles valent tellement le déplacement…

  2. Une série de photos enchanteresses ! J’avais adoré la Gaspésie avec le Rocher Percé Mais qu’est-ce que j’aimerais aller sur cette île 🙂 Merci pour le partage ! Le Canada est vraiment superbe ! Bonne semaine Bisous

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Tu serais encore plus dépaysée là-bas je crois! Bisous et très belle semaine à toi aussi 🙂

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Et ce n’est qu’un début de ce que j’ai à partager avec vous… Bisous

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Heureuse que tu aimes ! C’est la magie des îles 🙂

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Ce qui est beau aussi c’est qu’ils sont restés sauvages. Tellement rare de nos jours !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Imagine en personne…