Classe Club Air Transat

Air Transat et moi, c’est une longue histoire d’amour qui remonte à mes touts débuts de voyageuse, alors que je n’avais que 20 ans et découvrais enfin la France. J’ai volé et revolé tant de fois sur ses ailes que je ne les compte plus. Meilleur choix à mon avis pour lier Montréal à l’Europe niveau qualité-prix, c’est mon transporteur de prédilection qui me permet de voyager à moindre coût sur le vieux continent. Quelle surprise donc pour moi après toutes ces années d’enfin avoir pu tester sa classe Club !

Je vous explique. Lors de mon dernier voyage printanier en Europe, j’ai réservé des billets en classe Économie pour les liaisons Montréal-Londres à l’aller et Lyon-Montréal au retour. Mon vol Montréal-Londres (via Toronto) s’est très bien déroulé et j’ai été heureuse de découvrir une fois de plus l’Option Plus que j’avais déjà testé en 2015. Après mon périple européen de 6 semaines, j’étais cependant loin de me douter qu’une surprise m’attendait à l’aéroport de Lyon pour mon vol de retour.

Juste avant l’embarquement, on m’avertit que 2 places se sont libérées dans la classe Club, me proposant un surclassement afin que je puisse la tester ! J’étais aux anges ! Un sentiment qui ne m’a pas quitté durant les 8 heures de trajet transatlantique.

La Classe Club, c’est quoi ?

La classe Club, c’est la classe affaires d’Air Transat. Quelques sièges situés à l’avant de l’appareil avec 2 agents de bord attitrés à seulement 12 passagers pour ce vol. La cabine est spacieuse et les sièges en cuir ergonomiques et inclinables dotés d’un oreiller sont beaucoup plus larges qu’en classe Économie. J’ai évalué qu’ils l’étaient environ 2 fois plus. Toute une différente déjà pour l’espace et le confort ! Ils sont également munis de rangements, ce qui est parfait pour garder à portée de main certains effets personnels. J’étais placée à l’avant juste derrière le muret central, donc personne non plus devant moi et de l’espace pour mes jambes. Autre privilège : 1 toilette réservée à ces quelques passagers. Du coup, les embouteillages se font rares.

Classe Club Air Transat

Petites attentions

La classe Club, c’est aussi le privilège d’embarquer en priorité et de découvrir dès les premières secondes, plusieurs petites attentions exclusives. Déjà, un agent de bord s’empresse de nous aider à ranger nos bagages de cabine. Puis, sur chacun des sièges, une belle trousse d’accessoires de voyage attend chacun des passagers, en plus de chaussons et d’une couette. Rapidement, un cocktail de bienvenue nous est proposé. Tout au long du vol, journaux, collations, vins digestifs et j’en passe le sont également. Pas le temps d’avoir soif, les agents nous offrent à boire régulièrement. Bref, les envies des passagers de la classe Club sont toujours devancées avec ce service personnalisé et très attentionné. Je me suis sentie bichonnée du début à la fin !

Divertissement à bord

Niveau divertissement, l’écran tactile de 12 po en face de mon siège m’a permis de regarder quelques films et séries. Ce système de divertissement individuel permet aussi d’écouter de la musique, de jouer à des jeux et de voir la progression du vol en direct. Une télécommande facilite même la sélection. J’ai trouvé le choix proposé assez complet avec plusieurs nouveautés, ce qui m’a donné l’occasion de rattraper mon retard, car en voyage, je vais rarement au cinéma ni regarde la télé.

Un repas de chef signé Daniel Vézina

Même si j’apprécie en général les plateaux repas offerts dans la classe Économie d’Air Transat, j’ai trouvé celui servi dans la classe Club bien meilleur et pour cause : il a été soigneusement élaboré par Daniel Vézina, l’un des chefs québécois les plus réputés, propriétaire des fameux restaurants Laurie Raphaël de Québec et de Montréal. Une nouveauté depuis le 1er mai dernier !

Daniel Vezina Air Transat

Au menu cette saison, un choix de 6 repas raffinés qui célèbre les vacances, de la blanquette de volaille au braisé de gigot d’agneau, chacun composé d’une entrée, d’un plat principal, d’une assiette de fromages, d’un dessert et d’un verre de vin. J’ai opté pour la moussaka végétarienne aux légumes grillés, crème de fromage de chèvre, coulis de tomates et poivrons rouges.

Daniel Vezina Air Transat Moussaka

En la dégustant, j’avais l’impression de me retrouver dans un restaurant gastronomique plutôt que dans la cabine d’un avion, tellement ce repas en était digne et très bien présenté. J’ai également beaucoup apprécié les détails qui font toute la différence comme la petite bouteille d’huile d’olive ainsi que les petites salière et poivrière. J’avais aussi pour une fois la place pour bien l’apprécier grâce à la grande table à repas, pas coincée comme d’habitude en classe Économie, l’agent de bord venant en outre souvent s’enquérir du bon déroulement de ma dégustation. À noter que le Menu par le Chef Daniel Vézina est aussi offert en quantité limitée aux passagers de la classe Économie au prix de 25$. Intéressant pour s’offrir une telle expérience culinaire !

Plus de bagages, moins d’attente

Un autre avantage de la classe Club que j’ai pu tester et valider à cette occasion : la livraison prioritaire des bagages. Déjà, la franchise est généreuse avec deux pièces de bagages enregistrés (32 kg chacun au départ ou à destination de l’Europe), contrairement à 1 bagage de 23 kg en classe Économie. Cela donne une très belle latitude. Pas besoin de se limiter en souvenirs ; une tranquillité appréciée. Une fois arrivée à Montréal, j’ai été surprise à quel point mes bagages sont apparus rapidement sur le carrousel. À vrai dire, j’ai juste eu le temps de prendre un chariot et ils étaient déjà là. Pour d’autres destinations plus lointaines ou qui exigent certains documents de voyage comme c’est le cas aux États-Unis, j’imagine que voyager dans de telles conditions apporte aussi un gain de temps considérable, compte tenu de l’énergie déjà déployée dans les préparatifs.

Pour arriver frais et dispos à destination

Pour avoir comparé d’innombrables trajets en classe Économie avec Air Transat, mais aussi beaucoup d’autres compagnies aériennes, versus la classe Club, je peux dire que l’expérience est très différente. Le plus gros avantage à mon avis est d’arriver en bien meilleure forme à destination, presque reposé. Le gain d’espace et de temps, les petites attentions à bord, le plus grand confort, le service personnalisé… Tous ces atouts de la classe Club font qu’au final le vol ressemble davantage à un trajet en train de luxe. Bien sûr, il faut y mettre le prix (environ le double de la classe Économie), mais l’expérience vécue en vaut la peine, partie prenante du voyage. Dans mon cas, cela a conclu sur une très belle note mon périple européen !

J’ai bénéficié d’un tarif média pour voyager sur les ailes d’Air Transat en classe Économie et un surclassement en classe Club m’a été offert au retour afin que je puisse tester celle-ci. Toutes les opinions émises dans cet article sont 100% les miennes, comme toujours.

Crédit photo : Air Transat

14 Commentaires

  1. Quelle chance d’être surclassé ! Ce qui manque lors des trajets en avion classe économique, c’est l’espace. Quand on est grand, on a du mal à déplier les jambes. Pour notre voyage en Tanzanie, nous avons payé un petit supplément pour avoir la première rangée, donc personne devant nous. Pour le reste, dommage, mais les prix sont trop élevées !

    • Une Porte Sur Deux Continents Répondre

      Oui, les prix sont élevés et quand on a la chance d’être surclassé, on la prend ! 😉

  2. C’est vraiment chouette de profiter d’un surclassement. Ca nous est arrivé l’an dernier avec KLM et on y prend vite goût ! Bisous

  3. Et dire que lors de mon dernier voyage, j’ai refusé un surclassement car il ne pouvait pas surclasser mon fils. J’ai préférer rester avec lui vu sa peur en avion.

    • Une Porte Sur Deux Continents Répondre

      J’aurais fait la même chose. Ce n’est pas pareil de vivre cette expérience seul.

  4. Les critiques sont bonnes sur Airtransat et leur tarif appreciable. Quant au surclassement, j’ai eu la chance d’une First vers New York… Pour quelques dollars de plus sur Delta on peut avoir l’option Plus qui permet un niveau de confort amélioré eu égard à l’Economy. Ravie que tu aies pu profiter de cet avantage.

  5. J’ai eu la chance d’être surclassée quand je suis partie pour le Canada, c’était vraiment sympa 😉 Après je ne sais pas si le tarif est justifié ?! J’opte maintenant pour l’option plus qui donne aussi des avantages comme la priorité des bagages et l’entrée après la classe club dans l’avion entre autre, sans oublier des kg en plus, si précieux après des vacances en France 😉

    • Une Porte Sur Deux Continents Répondre

      L’option plus est en effet une très belle alternative. Et comme je le disais, on peut aussi payer un supplément pour déguster le bon repas signé Daniel Vézina en classe économie. C’est super comme possibilité !

  6. Voyager dans ces conditions ça change quand même tout … un surclassement, j’en rêve … mais bon, je ne voyage pas alors …

    • Une Porte Sur Deux Continents Répondre

      C’est rare, mais on en profite quand c’est possible ! 🙂

Écrire un commentaire