Saint-Jean-de-Luz. Petite ville emblématique de la côte basque s’il en est une. J’ai imaginé plein de choses à son sujet avant de la visiter. Plein d’images typiques, de couleurs, de sons et de vagues comme seul l’océan peut en produire. A vrai dire, toutes ces images étaient bien pâles face à la réelle beauté de cette jolie ville qui m’a absolument charmée.

Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz

Saint-Jean-de-Luz est prisé. Pour un si célèbre endroit, c’est bien normal. Mais juste avant le déferlement des touristes estivaux, on peut sans peine le visiter plus au calme. J’y étais en mai, mois idéal à mon avis pour séjourner dans le sud de la France, quand la météo n’est pas trop capricieuse du moins.

Douceur de vivre à Saint-Jean-de-LuzDouceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz

Ce qui m’a d’abord marqué de la côte basque, ce sont ses villes et villages très rapprochés. Sans s’en rendre compte, on passe de Biarritz à Bidart, puis à Saint-Jean-de-Luz. On continue et nous voilà déjà à Hendaye. La frontière espagnole n’est ensuite guère plus loin. En tout, une trentaine de kilomètres, à tout casser.

Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz

La mer et l’histoire, voilà comment je résumerais Saint-Jean-de-Luz. C’est là que Louis XIV a célébré son mariage avec l’Infante Marie-Thérèse d’Autriche en 1660. C’est de là aussi que l’on partait autrefois pour pratiquer la pêche à la baleine dans les bancs de Terre-Neuve. Heureusement, elle a plutôt laissé place aujourd’hui à celle au merlu de ligne, au thon et à la sardine.

Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz

Station balnéaire renommée qui sent bon les vacances, on y va aussi pour ses fameuses plages. Et pas besoin de se mouiller les pieds pour découvrir la plus grande en plein cœur de la ville. Une promenade permet de la longer tout en admirant la magnifique baie. On passe alors également devant des maisons à colombages reliées directement à la plage par des petits ponts. Pittoresque à souhait.

Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz

Ce qui m’a aussi fait craquer pour Saint-Jean-de-Luz c’est son très joli centre-ville piéton. Très animé, on y trouve une pléiade de boutiques. Une adresse à visiter absolument ? La Maison Adam, sans hésiter ! Elle est reconnue pour ses macarons, mais c’est son gâteau basque qui m’a complètement renversée. J’en ai mangé d’autres durant mon séjour dans le Pays basque, mais aucun n’a été aussi bon que celui de cette pâtisserie fondée en 1660.

La Maison Adam La Maison Adam La Maison Adam Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz

Finalement, une visite de Saint-Jean-de-Luz n’est pas complète sans un petit tour sur son port de pêche ancestral, au pied de la Maison de l’Infante. Tout en s’y baladant, c’est aussi l’occasion de se rappeler du passé. Au dix-septième siècle, la ville avait une toute autre réputation liée aux redoutables pêcheurs reconvertis en corsaires. Les temps ont changé pour le meilleur puisqu’elle est aujourd’hui plutôt associée à la douceur de vivre !

Port de Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz Port de Saint-Jean-de-Luz Douceur de vivre à Saint-Jean-de-Luz

Et la bonne nouvelle est que pour s’y rendre, la voiture n’est pas la seule option ! On peut y aller en train ou en bus à faible coût. Vous pouvez par exemple comparer les différentes options de voyage sur GoEuro, un comparateur de transport multimodal. Depuis la libéralisation de l’autocar en France, voyager avec ce moyen de transport s’avère très économique. A titre d’exemple, un aller-retour Toulouse/Saint-Jean-de-Luz coûte environ 40 € et seulement une dizaine d’euros de plus depuis Paris. Excellent pour ne pas vriller tout son budget voyage dans le transport et se garder ainsi plus de sous pour les dépenses sur place !

Crédit photos: Une Porte Sur Deux Continents

28 Commentaires

  1. Personnellement, nous avons passé de très bons moments dans cette ville, nous n’avons que de bons souvenirs ! Douceur de vivre, votre titre est tout à fait justifié…C’est vrai, en été il y a beaucoup de monde, le mois de mai doit être superbe (à condition que le temps ne soit pas capricieux comme il sait l’être dans ce coin…) Et le gâteau basque est délicieux !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Cette journée était parfaite ! J’aimerais beaucoup y retourner maintenant.

    • Une Porte Sur Deux Continents

      J’aime son ambiance.

  2. Reportage coloré et intéressant… Merci de ce partage encore une fois très apprécié. Bonne semaine, Nathalie. Bises.

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Merci beaucoup Louise ! Belle semaine à toi aussi, bises 🙂

  3. je ne connais pas encore
    merci pour la découverte
    faudrait que je le case dans mon planning 2017

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Hors-saison, c’est le mieux !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Il est donc temps que tu y retournes 😉

  4. C’est en Septembre que c’est le plus agréable, les touristes sont partis, l’eau est chaude et les journées plus fraiches … que du bonheur !!

    • Une Porte Sur Deux Continents

      J’imagine ! J’aime beaucoup ce mois aussi pour voyager en Europe.

  5. C’et un coin de la France que j’aimerais beaucoup découvrir et tes photos confortent cette envie!
    Bises

    • Une Porte Sur Deux Continents

      J’en suis bien heureuse 🙂 Bises

  6. Mai est définitivement la bonne saison pour visiter cette ville pleine de charme, car en été, c’est un enfer!

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Ça doit. J’évite l’été depuis plusieurs années pour visiter le sud de la France. Trop de monde et aussi trop chaud pour moi !

  7. Pour une fois, je connais ! J’avais adoré les petites boutiques du centre-ville… Le gâteau basque est délicieux, et aussi le fromage basque avec la confiture de cerises noires…C’est un coin magnifique ! Bisous

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Oui, l’etorki notamment que j’adore ! Bisous

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Ça me fait plaisir Sylvie !
      Bisous

  8. Sur les plages il y a moins de monde qu’au mois d’août ! 😉 jolies photos !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Oui, je déteste ça quand les gens s’agglutinent !

  9. Mai, c’est un peu tôt, trop risqué pour la pluie, j’en ai fait les frais plusieurs fois… Juin en revanche…

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Oui, mai est un mois risqué dans l’hémisphère nord, mais je l’adore quand même, car on y est davantage au calme. Et quand on a un peu de chance, il fait très beau comme cette journée à Saint-Jean-de-Luz. En juin, la météo est peut-être plus clémente, mais les touristes arrivent en bloc et les prix (avion, hôtels…) augmentent déjà !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Merci 🙂 J’aimerais bien aussi m’y projeter, surtout avec l’hiver qui s’en vient…