Elsie Reford avait un rêve : transformer un camp de pêche, reçu en héritage, en un jardin à l’anglaise. Il lui aura fallu plus de 30 ans pour achever ce projet ambitieux et inusité dans ce coin du pays. Devenus publics en 1962, les Jardins de Métis font aujourd’hui partie des plus beaux en Amérique du Nord. Un arrêt incontournable à l’entrée de la péninsule gaspésienne que je ne voulais surtout pas rater.

Jardins de Métis

Tout part souvent d’une passion, d’un rêve, d’une vision. Pourtant, tout n’était pas gagné d’avance pour Elsie Reford en 1918 lorsqu’elle devient propriétaire de ce domaine alors à l’état sauvage sur un terrain s’adaptant peu au jardinage. C’est par essais et erreurs qu’elle entreprit la conception des jardins, s’inspirant de ceux d’Angleterre et important des plantes du monde entier, comme le rhododendron d’Asie ou les pavots bleus de l’Himalaya.

Jardins de Métis Jardins de MétisJardins de Métis Jardins de MétisJardins de MétisJardins de Métis Jardins de Métis

Tout un travail, pas seulement de conception, mais aussi de force et c’est pourquoi elle s’est entouré de jardiniers, originellement pêcheurs, pour couper des arbres et créer des platebandes. L’idée était de planter toutes ces espèces de chaque côté du ruisseau qui traverse la propriété et de construire des petits ponts en bois pour le chevaucher.

Jardins de MétisJardins de Métis Jardins de Métis Jardins de Métis Jardins de Métis Jardins de Métis

Le résultat est brillant. Tout ce que j’ai pu entendre ou lire au sujet de ces jardins n’arrive pas à décrire leur réelle beauté. Je les ai visités juste après une averse et la pluie avait rafraichi chacune des fleurs et plantes. Les gouttelettes étaient encore posées sur toutes ces espèces, comme une rosée du matin. Les visiteurs avaient aussi préféré rester à l’intérieur au lieu de s’y aventurer. Du coup, j’ai ressenti une impression d’intimité dans ce site grandiose et si prisé. Des moments privilégiés à déambuler dans ces jardins merveilleux.

Jardins de MétisJardins de Métis Jardins de Métis Jardins de MétisJardins de MétisJardins de Métis Jardins de MétisJardins de Métis

Marcher au calme, en suivant les petites allées, ne sachant pas où donner de la tête tellement chaque recoin est joli. Prendre son temps, humer l’air frais d’après la pluie, admirer les couleurs éclatantes de cet espace fleuri et préservé qui jouit d’un microclimat, se croire dans un conte de fées, hors du temps. Être également émue en pensant à la dévotion d’Elsie Reford et ses descendants à ces jardins et rêver de peut-être un jour, avoir aussi une petite parcelle de terrain pour l’imiter.

Jardins de Métis Jardins de Métis Jardins de Métis Jardins de Métis Jardins de Métis Jardins de MétisJardins de Métis

L’un des points forts du parcours est la fameuse Allée royale, longue de 300 pieds, avec des coquillages ramassés sur les plages qui sont incrustées dans le ciment. Cette allée correspond en fait à l’une des premières réalisations du site et s’ouvre sur le fleuve. Elle relie aussi le ruisseau à la Villa Estevan, domicile d’été d’Elsie Reford où se trouvent aujourd’hui un musée et un restaurant dont on peut d’ailleurs visiter le beau potager.

Jardins de Métis Jardins de Métis Jardins de MétisJardins de Métis

Il y a même un jardin d’oiseaux sur le site afin que les visiteurs puissent les observer dans leur habitat naturel. J’ai eu la chance également d’apercevoir quelques adorables écureuils et tamias au fil de ma balade qui doivent bien se plaire dans un tel environnement.

Jardins de Métis Jardins de MétisJardins de Métis Jardins de MétisJardins-de-Metis32Jardins-de-Metis33

Pas étonnant donc que ces jardins constituent un lieu historique national du Canada et un site patrimonial du Québec. Ils sont vraiment exceptionnels et on pourrait très bien les renommer les « Jardins Enchantées », tellement ils sont magiques et bucoliques.

Jardins de Métis

200, route 132
Grand-Métis, Québec

Merci à Québec Maritime et Tourisme Québec d’avoir mis cette belle visite à mon itinéraire dans le cadre de mon road trip dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie.

Crédit photos : Une Porte Sur Deux Continents

20 Commentaires

    • Une Porte Sur Deux Continents

      On y resterait des heures à juste flâner au gré des allées tellement c’est ressourçant.

  1. La beauté de ces lieux est à couper le souffle ! C’est un enchantement à chaque détour d’une allée 🙂 Je l’avais vu sous un beau soleil et les tamias y avaient fait de jolies poursuites 🙂 Un endroit à visiter absolument en allant en Gaspésie 🙂 Belle semaine nathalie Bisous

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Contente de voir que tu as aussi été emballée par ta visite là-bas. Bisous et belle semaine à toi aussi 🙂

    • Une Porte Sur Deux Continents

      C’est tout ça et mieux encore !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      On voudrait y vivre, comme les écureuils et les oiseaux du site !

    • Une Porte Sur Deux Continents

      C’est tout le charme des jardins à l’anglaise. Bises

  2. Magnifique! C’est très boisé, on se croirait plus en forêt que dans un jardin, c’est fou!
    Bises

    • Une Porte Sur Deux Continents

      C’est tout le charme et le mystère des jardins d’inspiration anglaise.
      Bises

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Ma balade fut d’ailleurs très ressourçante avant de poursuivre mon road trip. Bisous

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Et ils doivent être constamment entretenus. Quel travail en effet…

  3. Je n’ai jamais traversé l’Atlantique. Quand je vois tout ce qu’il y a à découvrir, je pense qu’il faudrait des semaines pour tout savourer!!!

    Merci pour ce billet qui donne bien envie de prendre l’avion et se laisser enchanter!

    • Une Porte Sur Deux Continents

      Merci à toi ! Oui, il y a tant de choses à découvrir déjà seulement au Québec !
      Contente de te donner envie d’y venir un jour ! 🙂